Mardi 11 avril 2017

Les bienfaits de l’activité physique pendant et après le cancer

La  réduction de la sédentarité et l’intégration d’une activité physique dans le parcours de soins du patient présentent de nombreux bénéfices. L’activité physique peut prendre différentes formes : l’Institut National du Cancer définit l’activité physique comme « tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques qui entraîne une augmentation de la dépense énergétique par rapport à la dépense énergétique de repos ».

 

L’activité physique reconnue comme soin non médicamenteux

 

Selon l’instruction du 23 février 2017 relative à l’amélioration de l’accès aux soins de support des patients atteints de cancer, l’activité physique fait désormais partie intégrante du panier-référentiel de soins de support en cancérologie.

Par ailleurs, depuis le 1er mars 2017 selon un décret relatif aux conditions de dispensation de l’activité physique adaptée, le médecin traitant peut prescrire de l’activité physique à ses patients atteints d’une affection de longue durée.

L’Institut National du Cancer a publié le 30 mars dernier un rapport sur les bénéfices de l’activité physique, en termes de qualité de vie et de survie, pendant et après le cancer.

 

Les vertus de l’activité physique

 

Des études montrent que l’activité physique améliore la prise en charge et la qualité de vie des patients, pendant et après les traitements.

Elle permet d’améliorer l’état de forme physique et les capacités cardio-respiratoires. En effet, les programmes d’activité physique qui allient endurance et renforcement musculaire tout en prenant en compte les spécificités de chaque patient, permettent de travailler sur un maintien de la forme physique et de limiter la perte de masse musculaire pendant les traitements.

 

Une meilleure qualité de vie

 

D’une façon générale, les bienfaits sont remarquables en termes de qualité de vie : la pratique d’une activité physique permet une diminution d’environ 25% du niveau de fatigue perçu, selon un rapport de l’Institut National du Cancer. Elle permet également d’améliorer l’estime de soi et les troubles anxio-dépressifs.

Pendant la maladie, une pratique régulière réduit la douleur et les effets secondaires des traitements. Après le traitement, une activité soutenue diminue le risque récidive et augmente la survie. Ceci a été démontré notamment sur certains cancers comme celui du sein, du colon et de la prostate.

 

L’activité physique au Centre Oscar Lambret

 

Grâce à un partenariat entre la Fédération CAMI Sport & Cancer, Malakoff Médéric et le Centre Oscar Lambret, les patients suivis au Centre Oscar Lambret bénéficient depuis octobre 2016 d'activités physiques intégrées dans leur parcours de soins. Le Centre Oscar Lambret a été l’un des pionniers dans ce domaine.

La mise en place du Pôle Sport & Cancer lillois, le premier au Nord de Paris, leur permet de profiter de deux cours d’activité physique par semaine pendant 6 à 12 mois, encadrés par un éducateur médico-sportif spécialement formé à la cancérologie. Ainsi, les patients suivis au Centre Oscar Lambret peuvent bénéficier d’un suivi personnalisé et de bilans réguliers en concertation avec les équipes soignantes et à raison d’une consultation tous les trois mois ou plus en fonction des spécificités de chaque patient.

Depuis l’ouverture du Pôle Sport & Cancer, plus de 500 séances ont été réalisées et 130 patients en ont bénéficié.

 

> En savoir plus sur le Pôle Sport & Cancer


Retour aux articles